Alain Renk et la fractale attitude.

Publié le

grandparis2

  

 

J'ai récemment eu la chance de rencontrer Alain Renk lors d'un entretien. Un type sympa, architecte un peu rêveur mais surtout remonté contre le système; celui des politiques et de l'administration aveugle, sourde et parfois désorientée.

Dans le cadre du Grand Paris, Alain Renk avait avancé l'idée d'une ville fractale pour en finir avec un vieux paradoxe français qui fait de notre capitale une "ville-monde" et de sa banlieue -tout comme du reste du pays-, une simple couronne d'apparat.

 

Le Grand Paris fractale ce n'est pas la ville telle que nous la connaissons aujourd'hui. Ce n'est pas la mégapole administrative, morcelée, déchirée au seuil des luttes et des rapports de forces politiques. Le Grand Paris fractale, c'est d'abord une nouvelle organisation de l'espace au sein de laquelle les antagonismes spatiaux s'évaporent puis meurent. C'est la fin du "Tout Paris" et de la dichotomie qu'il faisait naître entre lui et le reste du monde, entre lui et sa banlieue. La condition finalement préalable à l'irruption d'un véritable projet de territoire.

 

Concrètement, la ville fractale  repose ainsi sur un nouveau schéma d'organisation territoriale qui fonde moins son existence sur la base d'un découpage politique "top down" que sur celle de l'émergence d'entités urbaines, d'espaces nés de l'inventivité de la société civile et de ses respirations. De nouveaux quartiers métropolitains en somme. 

La ville fractale, c'est donc passer sur les frontières qui ne seraient plus pertinentes pour construire  des entités urbaines (constituées d'un ensemble de plusieurs quartiers)qui soient le reflet du quotidien des habitants. C'est casser l'arbitraire centre/périphérie pour susciter l'intégration à toutes les échelles.

 

Semblable à de véritables "écoles de la ville", les quartiers métropolitains constituent des instances créatives, politiques et associatives animées par un atelier d'urbanisme. De leur équilibre dépend in fine l'équilibre global de l'écosystème urbain. La ville fractale c'est finalement l'image d'une ville qui travaille sur elle-même pour inventer son futur. Une ville qui travaille à sa pérennité à l'échelle des quartiers et des ensembles de quartier, et qui, au regard du local, fabrique le global.         ++ Le site de R+P

 

 

Illustration/Renk+ Partners

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article